VILLE HÔTE : ROME

ROME ET LES ARCHIVES

La grande qualité des études et de la tradition archivistique italienne est bien connue.

Dans le droit fil de cette tradition, on trouve, entre autres, les manuels et les réflexions d’Eugenio Casanova, Elio Lodolini, Claudio Pavone, Paola Carucci, quelques-uns des noms les plus connus, mais aussi de nombreuses études et expériences plus récentes, comme le développement des systèmes de description archivistique et des bibliothèques numériques concernant le patrimoine archivistique des Archives d’État et celui des Archives non étatiques (comme les archives privées et publiques locales).

Plusieurs archivistes italiens ont été impliqués dans les activités de l’ICA au cours des dernières années, en prenant part aux groupes de travail et aux sections professionnelles.

Accueillir la conférence annuelle de l’ICA est une occasion de renforcer les liens avec les différentes traditions archivistiques et de renouveler les connexions, en commençant par les nouvelles générations de professionnels, qui viennent d’entrer à la Direction Générale des Archives au cours des deux dernières années.

Les collègues italiens des organisations de l’ICA, dont Maria Guercio, et membres du Comité de programme de l’ICA (2012-2020), seront des interlocutrices privilégiées.

CAPUT MUNDI, LA CAPITALE DU MONDE

L’histoire de Rome s’étend sur 28 siècles. Véritable rêve pour les historiens, les archéologues et les historiens de l’art, le patrimoine de l’Italie et de Rome se trouve partout dans la ville et dans les nombreuses archives conservées dans les palais et les bâtiments disséminés dans ses 19 municipalités.

Les Archives d’État de Rome, qui conservent des documents allant de l’ancienne domination papale sur les territoires de l’État de l’Église jusqu’aux documents contemporains concernant le territoire de la province de Rome, sont situées dans un ancien bâtiment magnifique en plein centre de la ville, un chef-d’œuvre du célèbre architecte baroque Borromini.

Non loin des Archives d’État se trouve l’Archivio storico Capitolino, les archives historiques de la municipalité, du Moyen Âge à ces derniers jours.

L’Archivio centrale dello Stato (Archives centrales de l’État) dans la zone EUR, conserve la documentation historique de l’État unitaire italien comme la documentation produite par les organes centraux de l’État (gouvernementaux, administratifs, judiciaires et consultatifs) ; les archives reçues des organismes publics d’importance nationale ; les archives d’importance nationale reçues des particuliers.

Depuis 2017, les Archives conservent la documentation produite par les organes centraux de l’État et par le bureau des renseignements concernant les épisodes les plus significatifs du terrorisme dans le pays : l’enlèvement et l’assassinat d’Aldo Moro (1978) et les massacres qui ont marqué l’histoire du pays de Piazza Fontana (12 décembre 1969) à Rapido 904 (23 décembre 1984).

Les communautés religieuses de Rome possèdent de précieux trésors d’archives, pour n’en citer que deux : les archives secrètes du Vatican, mondialement connues, avec leurs 85 km de documentation, et les remarquables archives historiques de la communauté juive romaine.

AUTRES ARCHIVES

Dans les studios de Cinecittà, où ont été tournés de nombreux films oscarisés, sont conservées les archives audiovisuelles les plus importantes d’Italie, comme les archives de l’Istituto Luce inscrites au registre de la Mémoire du monde.

LA VILLE DE L’ART – ARCHIVES DES ARTISTES

Rome a un lien indéfectible avec l’art. Outre les visiteurs de ses merveilleuses galeries, la ville accueille, depuis plus d’un siècle, de jeunes artistes et des chercheurs dans ses 22 académies internationales.
Les archives des artistes sont bien représentées à Rome : La Villa Torlonia abrite les archives de la Scuola Romana, offrant une vision complète de ce mouvement artistique né entre les deux guerres.

SITE : AUDITORIUM ANTONIANUM

Adresse complète: Viale Manzoni, 1, 00185 Roma

Situé dans un endroit prestigieux, au cœur du centre historique, à 15 minutes à pied du Colisée, l’Auditorium Antonianum, avec 572 sièges et 4 salles de réunion différentes entièrement accessibles à tous et équipées de technologies de haut niveau, allie le sens du service de ses équipes à  des équipements technologiques avancés et au charme d’un bâtiment élégant.

L’histoire de l’Auditorium de l’Antonianum commence en 1947, lorsque les architectes Mario Paniconi et Giulio Pediconi ont été chargés de redessiner une Aula Magna pour accueillir les étudiants et les événements de l’Université pontificale Antonianium, ainsi que des salles de cours et une bibliothèque.

La nouvelle Aula Magna était située dans la cour de l’Université avec la forme typique des Parlements et des Académies, excellente en termes de visibilité et de régularité géométrique des sièges. L’acoustique a été étudiée par le professeur Giacomini, directeur de l’Institut électro-acoustique de Rome.

Les restaurations, achevées en 2010, ont fait de la charmante structure originale un centre de congrès et d’événements efficace et avant-gardiste, avec des espaces fonctionnels et polyvalents pour chaque type de réunion, intégrés aux technologies les plus avancées.